Jojo Rabbit

Teen SS

Kezako ?

Jojo est un petit allemand solitaire. Sa vision du monde est mise à l’épreuve quand il découvre que sa mère cache une jeune fille juive dans leur grenier. Avec la seule aide de son ami aussi grotesque qu’imaginaire, Adolf Hitler, Jojo va devoir faire face à son nationalisme aveugle.

La critique d’Eugénie – 8/10

Après Vampires en toute intimité et Thor : RagnarokTaika Waititi continue d’imposer sa patte burlesque dans le paysage cinématographique. Si l’appréciation de son humour est laissé à la préférence de chacun, le réalisateur néo-zélandais n’en maîtrise pas moins les codes et prouve avec Jojo Rabit qu’il sait les exprimer avec plus de finesse que par des blagues répétitives sur « l’anus de Satan » (n’en déplaise aux fans du « Lord du Tonnerre »).

C’est donc dans la veine des tragicomédies qu’il nous présente son Jojo Rabbit, un long métrage librement adapté du roman Le Ciel en cage de Christine Leunens mais qui emprunte autant au Dictateur de Chaplin. Loin de la farce promut dans les bandes-annonces, le film est tout ce qu’il y a de plus réfléchi dans son humour et ses constructions. Ainsi le détail apporté à certains objets, certains plans, de prime abord superficiel et un brin potache ne fait que poser les bases d’une dimension tragique en suspens. Les mécaniques de la satire y sont employées avec brio, sachant faire rire de l’horreur tout en cachant l’angoisse derrière chaque blague.
De fait, l’histoire du jeune Johannes « Jojo » Betzler tient plus du conte initiatique que du récit classique. Tout en manipulant le nôtre, le réalisateur dévoile une fable sur le regard, sur ce qui l’influence, le nuance et l’éclaire pour mettre à nue la réalité derrière le fantasme qui apparaît alors aussi absurde que tragique.

Supporté par un duo de jeunes acteurs excellents et des seconds rôles savoureux, mention spéciale pour Taika Waititi himself qui cabotine en Hitler, le réalisateur signe un film d’une grande pédagogie, peut-être son meilleur à ce jour et démontre une fois de plus qu’on peut aussi faire rire du fanatisme, pourvu qu’on y mette du coeur de l’esprit.


Réalisé Taika Waititi
Avec Roman Griffin Davis, Thomasin McKenzie, Scarlett Johansson, Taika Waititi etc.
USA – Comédie-dramatique
Sortie en salle : 29 janvier 2020
Durée : 1h 48 min 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s